Voïvodine

front-vojvodina   vojvodina-mapa       
Copyright: Vlado Marinković
 

La Voïvodine se trouve dans la partie nord de la Serbie. Elle est située dans la plaine Panonienne de l’Europe centrale. Elle est traversée par le Danube, la Tisa, la Sava et par d’autres petites rivières. Les musiques traditionnelles, la gastronomie, la nature, l’esprit cosmopolite, un patrimoine culturel et historique riche y règnent. Il existe une incroyable diversité de la faune et de la flore.

La Voïvodine compte environ 2 millions d’habitants, soit 27% du total de la Serbie. La province est divisée par le Danube et la Tisa en trois régions : la Bačka dans le nord-ouest, le Banat, à l’est et le Srem dans le sud-ouest. Une petite partie de la région de Mačva se trouve également en Voïvodine, dans le district du Srem. Aujourd’hui, la partie occidentale de Srem est en Croatie, la partie nord de Bačka est en Hongrie, la partie orientale du Banat est en Roumanie (avec un petit morceau en Hongrie), tandis que la Baranja (qui est entre le Danube et la Drave) est en Hongrie et en Croatie. La Voïvodine a une surface totale de 21.500 km2. La Voïvodine fait également partie de l’euro région Danube-Kris-Mures-Tisa

deliblato-4

La plus grande partie de la Voïvodine est plate mais plusieurs parties telles que Fruška Gora,  les montagnes de Vršac, Titelski Breg, et Zagajička Brda sont en hauteur, de même que des régions sableuses telles que Deliblatska Peščara (dont le surnom est « le Sahara européen »), et Subotička Peščara.

 
 

Il y a également de nombreuses régions d’eau en Voïvodine, y compris des rivières, des lacs, des marécages, de même que des canaux utilisés pour la production agricole ainsi que le trafic fluvial Danube-Tisa-Danube.

palic

Les territoires de chasse en Voïvodine sont situés près de Bečej, Senta, Kanjiza, Novi Kneževac, Ecka, Novo Milosevo, Padej, Kikinda, Ada, et Sombor. De même il en existe à Posavina (rivière près de Sava), Podunavlje (rivière, près du Danube), Fruška Gora, les montagnes de Vršac, Deliblatska Pescara, Pescara et Subotička. Tous les animaux sont chassés : lapins, cerfs, différentes sortes d’oiseaux, sangliers, mouflons, etc…

Les principaux lieux de pêche en Voïvodine sont situés sur le Danube près de Apatin à Sombor, Bačka Palanka et Novi Sad, sur la rivière Sava, près de Sremska Mitrovica, sur la rivière près de Bosut Sid, le bara Obedska à Srem, sur le lac Palić dans la Bačka, sur le canal Danube-Tisa-Danube, sur les rivières Tisa et Tamiš, ainsi que sur les lacs et les canaux dans le sud du Banat, près de Bela Crkva et Kovin.

 

 

fruska_gora2

La Fruška Gora est un massif montagneux en pente douce au sud de Novi Sad. L’autre mont le plus proche est Vršački Breg, qui s’élève au-dessus de Vršac. Il existe une douzaine de monastères orthodoxes construits entre les 15e-19e siècles par les colons serbes venus du sud du pays. L’architecture y combine les traditions byzantines des Balkans et l’influence baroque comme un pont entre les Serbes du Sud et les Serbes du Nord. La Fruska Gora y abrite une faune et une flore particulièrement riche, en particulier dans son parc national qui est une des destinations touristique les plus visités en Serbie.

 

sremski-karlovci1

Sremski Karlovci – est devenu célèbre en 1699 lorsque les Autrichiens et les Turcs y ont signé la «paix de Karlowitz » afin de faire sortir les Ottomans de Voïvodine et de Croatie. Il s’agit d’un centre de la culture des Serbes en Autriche-Hongrie. Là se trouve le Patriarcat serbe de l’Église (approuvé par Léopold d’Autriche) et le plus ancien lycée serbe (1791). Aujourd’hui, relevant de la municipalité de Novi Sad, c’est l’une des villes les plus pittoresques du pays.

dvoracdundjerski  

Le château de Dundjerski – près de Becej – est encore visible en Voïvodine. Il a appartenu à l’une des plus riches et puissantes famille installée dans la région dès le XVIIIe siècle. Dans leur ferme, qui s’étendait à plus de 2600 acres de terre, ils construisirent au milieu de la plaine, le château de leur rêve. Aujourd’hui, ce château est devenu un hôtel du nom de “Fantast”. Il aurait existé vingt châteaux appartenant principalement à des nobles familles serbes, allemandes et hongroises.

palic1

 

Lac de Palić – c’est l’une des attractions touristiques les plus anciennes du pays, qui remonte aux années 1840, lieu de villégiature de la bourgeoisie et de la noblesse. Selon la légende, le lac est le reste de la mer pannonienne.

HISTOIRE

Après la défaite de l’Empire ottoman à Vienne, en 1690, les Serbes entament un grand mouvement avec le patriarche Čarnojević depuis le sud vers la plaine pannonienne. L’empereur d’Autriche promet alors aux Serbes un duché («vojvodstvo»). Le terme (serbe) Voïvodine apparaît en 1848 à Sremski Karlovci afin de préserver leur langue et leur religion. Le décret du Parlement à Novi Sad, en Voïvodine, le fait annexer à la Serbie le 25 Novembre 1918. Elle est de nouveau province de Voïvodine au sein de la Serbie.

PATRIMOINE CULTUREL

La Voïvodine a une culture très riche, notamment grâce au grand nombre de peuples qui la constitue. L’Art, la musique et le folklore sont très important et riche dans cette région. D’autre part, la Voïvodine par sa position géographique est à la frontière de deux civilisations, occidentale et orientale, bien que les principales caractéristiques de la vie sociale viennent d’une culture centre-européenne.
La Voïvodine est née de la ruine de plusieurs empires : romain, byzantin, ottoman et austro-hongrois. Il y a des populations allemande, grecque, arménienne, juive et roumaine. Et bien sûr des Hongrois, des Slovaques et des Ruthènes.
Les colons des «pays du sud» construisirent plus de trente monastères à Fruška Gora. C’est pourquoi la Fruška Gora est appelée le « second Mont Athos ».
Le premier lycée serbe y est érigé en 1871 à Sremski Karlovci.
La plus ancienne institution culturelle serbe est “Matica Srpska” : elle a été fondée en 1826 de même que le Théâtre national serbe en 1861.
La plus ancienne revue littéraire Letopis (la Chronique) qui est toujours ce qui est encore publié en Voïvodine, a été lancé en 1825.

Le graveur Orfelin, le satyriste, Sterija, le scientifique Pupin, la femme de lettres, Isidora Sekulic, le poète Miroslav Antic sont de Voïvodine.

 

vojvodina_manastiri-mapa

MONASTERE ORTHODOXES SERBES

 

 

Kovilj13 ème siècle Beočina été répertorié la première fois en 1566 Bešenevo13 ème siècle Velika Remeta13 ème siècle Vrdnik Ravanicaseconde moitiée du 16 ème siècle Grgeteg1471
DivšaFin du 15 ème siècle Jazak1736 Krušedol1509 – 1516 Kuveždin1566 – 1569 Mala Remeta16 ème siècle Novo Hopovo1641
Privina glava12 ème siècle Petkovica1566 – 1567 Rakovac1545 – 1546 Staro Hopovo1545 – 1546 Šišatovac16 ème siècle Bođani1478
Mesić15 ème siècle Vojlovica1374 – 1427  Holy Trinity1885-1887 Bavanište15 ème siècle Središte15 ème siècle

bac-fortress 

 

FORETRESSE DE BAČ
La forteresse médiévale de Bač est située près de la ville de Bac. Elle est construite à l’époque du roi hongrois Charles Ier Robert (1310-1342). Elle avait huit tours, une cuisine, des puits, une grange, etc. La forteresse de Bač devient alors un siège militaire, politique, culturel et ecclésiastique. Lors de la bataille de Mohács en 1529, la ville et le fort se retrouvent sous la domination turque. D’après la description des voyageurs, la ville était entourée d’un large cercle de tranchées remplies d’eau.
Lors de la rébellion de Rákóczi (1703-1711) la forteresse a été brûlée, détruite et abandonnée. En outre la forteresse de Bač est la forteresse la mieux conservée en Voïvodine. Aujourd’hui en ruine, il reste quatre côtés de la forteresse et la tour centrale de 18m qui a été partiellement reconstruite.

 

vrsac1

FORTERESSE DE VRŠAC

 

Il y a deux théories au sujet de son origine. Selon le voyageur turc Evliva Çelebi, la forteresse a été construite par le despote serbe  Đurađ Branković. Les historiens considèrent que Branković construisit la forteresse à la suite de la chute de Smederevo en 1439. Certains des éléments architecturaux de la forteresse ressemblent à celle qui se trouve à côté du monastère de Manasija. Selon une autre théorie, le château de Vršac est ce qui reste de la forteresse médiévale du nom d’Erdesumulu. Les autres sources n’identifient pas Erdesumulu à Vršac, et indiquent que la ville était plus à l’Est, sur la rivière Karaš qui est aujourd’hui dans le Banat roumain. Une ville appelée Erdesumulu fut mentionnée pour la première fois en 1227. Un monastère dominicain qui abrite les reliques de Saint Dominique a été fondé en ce lieu entre  1230 et 1240, et fut à partir de 1255 un siège ecclésiastique important. La forteresse d’Erdesumulu a été construite en 1335 en tant que forteresse royale. A la suite de la conquête ottomane en 1552, la forteresse de Vršac est habitée par les Ottomans. En 1590/91 la garnison ottomane comprenait alors deux officiers et vingt mercenaires serbes.

 

petrovaradin-fortress-1

FORTERESSE de PETROVARADIN
De récentes découvertes archéologiques ont offert une nouvelle perspective non seulement sur l’histoire de Petrovaradin, mais sur toute la région. Les vestiges du paléolithique datant de 19.000 à 15.000 av JC y ont été découverts. Lors des fouilles effectuées en 2005, les archéologues ont également découvert grâce à d’anciens vestiges de l’âge de Bronze (vers3000 avant JC), les remparts témoignant de l’existence du village fortifié de Petrovaradin.
Les premières fortifications datent des Romains qui ont construit la forteresse sur une lime (frontière) le long du Danube.
Le point tournant dans l’histoire de la région date de 1235 lorsque le roi Béla IV de Hongrie installa dans la forteresse un groupe de moines cisterciens venant de France. Cet ordre de moines construit le monastère de Belakut sur les vestiges de la forteresse Romaine. Les murs de ce monastère datent d’entre 1247 et 1252.
La forteresse a été renforcée en raison de la menace d’une invasion turque. Cependant, la forteresse fut prise après un siège de deux semaines en 1526.

petrovaradin-fortress-2

Les guerres austro-turques :
L’armée autrichienne est faite prisonnière à Petrovaradin, après 150 ans de domination turque, en 1687.  Les Autrichiens ont commencé à démolir l’ancienne forteresse et à construire de nouvelles fortifications.
Le 9 Septembre 1694, le Grand Vizir Ali Pacha Sürmeli arrive à la forteresse de Petrovaradin de Belgrade. Le siège dure 23 jours et contraint les forces turques à se retirer vers Belgrade.
La victoire des Autrichiens sous le commandement du Prince Eugène de Savoie le 11 septembre 1697 entraîne la paix de Karlowitz en 1699. Une nouvelle guerre avec les Turcs devient imminente. Le prince de Savoie ordonne ainsi la concentration de troupes autrichiennes autour de Futog sous le commandement temporaire du comte Johann Palffy. Toute l’armée autrichienne au nombre de 76.000 soldats et l’armée turque concentrant 150.000 soldats à Belgrade s’opposent. La bataille décisive entre les armées autrichienne et turque a eu lieu le 5 août 1716 à Petrovaradin. Les Autrichiens sont été conduits par le prince de Savoie et les turcs sous le commandement du grand vizir Ali pacha Damad. La victoire de l’armée autrichienne marque la fin de la menace turque en Europe centrale.

Search

Réservation d'hébergement

Advertisement

Book your ride from airport, to any desired destination in Serbia +381 11 660-10-17 Uluguru Tours, tour company & safaris Royal Tour N Travel Radio stanice uzivo
Advertisement